Lorsqu’il s’agit de choisir une montre pour vous-même ou comme cadeau pour un être cher, vous êtes confronté à un large éventail d’options. Vous avez peut-être souvent entendu parler d’une montre automatique, mais vous ne savez peut-être pas pourquoi elle a une valeur ajoutée qui la rend, dans certains cas, plus chère et ce que l’on entend par une montre à remontage par mouvement. On va donc commencer par clarifier votre compréhension de ce garde-temps, dont les origines sont anciennes mais qui est toujours très à la mode.

Une montre automatique : qu’est-ce que c’est ?

Une montre automatique est un garde-temps qui se recharge en utilisant uniquement les mouvements du poignet de la personne qui le porte. Pour ce faire, elle utilise l’énergie cinétique dérivée de chaque geste du bras, qui fait bouger un rotor (également appelé masse oscillante) placé dans un boîtier spécial à l’intérieur de la montre. Ce petit poids tourne autour de son axe et transmet son énergie au ressort principal. Celle-ci, à son tour, génère de l’énergie et assure le fonctionnement et le mouvement de la montre automatique. Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site www.1001-montres.fr.

Remontage de la montre automatique

Pour garantir le bon fonctionnement de votre montre automatique, il faut penser à la porter au poignet. Si vous ne la portez pas souvent, la montre peut s’arrêter de fonctionner et pour la remettre en marche, il suffit de la remettre à votre bras et de la porter pendant un certain temps. Un conseil à garder à l’esprit est d’éviter de la secouer délibérément, car cela n’est pas efficace et pourrait endommager la montre. Étant donné le problème courant de ces garde-temps, à savoir qu’ils peuvent s’arrêter, de nombreuses montres automatiques d’aujourd’hui peuvent également être remontées manuellement.

Toutefois, cette fonction ne doit pas être utilisée trop régulièrement, mais seulement en l’absence de solutions alternatives : comme elles sont créées et réglées pour se remonter indépendamment du mouvement, le mieux est de continuer à assurer le remontage tout en la portant et de lui permettre ainsi d’utiliser l’énergie générée par vos mouvements quotidiens. Les boîtes à temps, particulièrement appréciées des amateurs et des collectionneurs, sont utilisées pour conserver les montres lorsqu’elles ne sont pas portées, afin d’éviter qu’elles ne s’épuisent et donc qu’elles ne s’arrêtent : ceci grâce à la présence d’un rotor qui maintient la montre en mouvement constant. En effet, il existe des boîtes faites à la main qui sont très chères et d’autres qui sont abordables. Le côté positif est que vous pouvez ranger votre montre sans avoir à la remonter manuellement si vous ne l’utilisez pas beaucoup. Pour les amateurs de ces garde-temps, la solution consiste à faire un petit investissement pour acheter une boîte à temps qui leur permet de régler le nombre maximum de rotations quotidiennes à effectuer.

Montre automatique : Ses origines

C’est l’horloger suisse Abraham-Louis Perrelet qui a inventé ce mécanisme révolutionnaire et l’a appliqué aux montres de poche dans les dernières décennies du XVIIIe siècle. Mais il faut attendre la Première Guerre mondiale et la popularité des montres-bracelets pour que le mouvement mécanique connaisse un succès incroyable : il était parfaitement adapté au nouveau type de garde-temps qui remplaçait les montres de poche. En 1930, Rolex profite de cette popularité pour produire son système Perpetual : il tire le meilleur parti du mouvement à rotor complet, garantissant un temps de remontage de la montre d’environ 35 heures.

Aujourd’hui, les mécanismes sont continuellement affinés pour donner vie à de petits chefs-d’œuvre mécaniques, toujours plus efficaces et précis, des modèles les plus prestigieux et coûteux aux modèles moins chers mais toujours valables et fiables qui font toujours bonne impression.

Montre automatique : autres caractéristiques importantes

En tant que mécanisme dépendant fortement de l’utilisateur et de ses mouvements conscients et inconscients, les horlogers sont devenus de bons observateurs des habitudes humaines afin de maximiser ses performances. Alors qu’ils ont estimé le nombre de mouvements que l’on effectue chaque jour dans les montres à environ 3 000 ( plus que suffisant dans la plupart des cas pour maintenir le mouvement dans un état constant de remontage ), ils ont également étudié la réponse du mécanisme de remontage automatique au type d’activité pratiquée par le porteur de la montre. Si vous êtes trop sédentaire, vous risquez de remonter trop peu votre montre automatique, au détriment de sa précision.

En revanche, une activité sportive intense peut soumettre le mécanisme de remontage automatique à trop de contraintes. C’est pourquoi, par exemple, des systèmes ont été mis au point pour modifier la géométrie du rotor de bobinage et adapter son inertie au type d’activité pratiquée par le porteur. Ainsi, malgré 200 ans d’évolution, les études sur le remontage automatique ne sont pas encore au point mort. Ces dernières années, des améliorations ont été apportées aux composants afin de réduire la friction et l’usure du mécanisme ( par exemple, l’utilisation de roulements à billes avec des billes en céramique ). D’autres expériences visent à maximiser l’efficacité du mécanisme par rapport à la précision de la montre. Il s’agit d’activités dans lesquelles les entreprises investissent de l’énergie et des capitaux pour maintenir leurs produits aux niveaux d’excellence qui déterminent la différence entre l’horlogerie et la haute horlogerie.